Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Journaliste française au Texas depuis septembre 2011, je partage ici mes réflexions sur ce grand Etat, ainsi que mes revues de presse et de web via mes comptes Facebook et Twitter – Cécile Fandos

My Texas

Journaliste française au Texas depuis septembre 2011, je partage ici mes réflexions sur ce grand Etat, ainsi que mes revues de presse et de web via mes comptes Facebook et Twitter – Cécile Fandos

L'ADN pour rendre les morts migrants du désert texan à leurs proches

com

Le Corpus Christi Caller-Times a traité ce week-end une information ayant fait l'objet d'une Big Story de l'agence Associated Press ce week-end : face à l'explosion du nombre de morts de migrants dans son secteur -devenu l'une des principales routes migratoires depuis l'Amérique centrale et le Mexique depuis l'année dernière avec 129 décès recensés, contre 50 à 60 les années antérieures et déjà 76 cette année, le comté de Brooks, dans le sud du Texas, a, du haut de ces quelques 7100 habitants, commencé à systématiquement autopsier les corps retrouvés le long de la route 281 sur laquelle se trouve un poste douanier obligeant les immigrants qui viennent de passer la frontière clandestinement à marcher plusieurs jours dans le désert pour rallier le prochain lieu de rendez-vous avec un passeur.

Pour que l'ADN des corps voire squelettes retrouvés soit prélevé et qu'il soit possible de les rendre aux proches du disparu, ceux-ci doivent parcourir 90 miles (près de 150 kilomètres), jusqu'à la région de Laredo, à l'ouest du comté de Brooks, dans la vallée du Rio Grande. Dans sa dépêche, AP salue le "pas de géant" accompli par le comté, qui, jusque récemment, se contentait d'enterrer les morts dans des tombes sans nom, remplissant le cimetière local au point que plusieurs corps ont parfois été enterrés dans une seule sépulture.

Je rapportais récemment l'initiative du Caller-Times pour répertorier ces morts. Je me réjouis à mon tour de l'initiative du comté de Brooks. Surtout que cette bonne nouvelle s'accompagne de l'annonce, par un rancher du secteur, de l'installation d'un point d'approvisionnement en eau. L'exploitant préfèrerait voir l'érection d'un double mur le long de la frontière, mais en attendant, il en a marre de retrouver des corps sur son terrain (23 en 25 ans) et préfère tenter d'éviter aux immigrants clandestins la mort, rapporte AP.

Print
Repost

Commenter cet article

Frédéric. 09/11/2013 07:36

L'Europe et les Etats-Unis n'ont peut-être pas grand chose à s'envier dans le domaine... la dérive raciste en France actuellement en est une preuve assez inquiétante...

Cécile Fandos 12/11/2013 07:11

Ce sont exactement les pensées que j'ai eues en rédigeant ce post. Depuis une perspective européenne on est tenté de se positionner en donneur de leçons vis à vis des Etats-Unis, mais on ne fait pas mieux avec l'Afrique du Nord (et même plutôt pire si on compare les chiffres...).

Frédéric. 09/11/2013 07:34

On se noie pour traverser la Méditerranée ou on meurt de soif sur les routes du Texas... Lampedusa ou le comté de Brooks, les deux côtés d'une même médaille... celle des supplices infligés aux migrants et aux pays du sud... L'E