Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Journaliste française au Texas depuis septembre 2011, je partage ici mes réflexions sur ce grand Etat, ainsi que mes revues de presse et de web via mes comptes Facebook et Twitter – Cécile Fandos

My Texas

Journaliste française au Texas depuis septembre 2011, je partage ici mes réflexions sur ce grand Etat, ainsi que mes revues de presse et de web via mes comptes Facebook et Twitter – Cécile Fandos

Le triste état de la planification familiale au Texas

com

Plein de chiffres qui interpellent dans l'article ci-dessous du Austin Chronicle :

- Au Texas, plus de la moitié des naissances sont financées par Medicaid, le programme public d'assurance santé des plus démunis.

- En plus de détenir le record de non-assurés, l'Etat affiche aussi le plus fort taux de femmes non couvertes par une assurance santé : près de 30 % (contre près de 25 % en moyenne pour les Texans des deux sexes, sources : Recensement et National Women's Law Center).

- Au cours de la dernière décennie, les femmes en âge d'aller à l'université représentent toujours 40 % ou plus des Texanes qui avortent, même si les difficultés d'accès à l'IVG se sont accrues au cours de la même période.

- Sans aide publique, une contraception standard coûte 70 $ par mois (c'est l'exemple au hasard donné dans l'article et je pense que c'est représentatif, puisque ma méthode de contraception coûte ici 60 $ au mieux, contre 30 à 35€ en France -ce qui fait que je prends soin de l'importer !).

- Les services médicaux de l'université du Texas posent le stérilet hormonal Minerva adapté aux femmes n'ayant jamais eu d'enfant pour 1165 $ ; 765 $ si on est étudiante, alors que ce même stérilet coûte 125,45 € si j'en crois l'Association française pour la contraception., qui précise que ce coût est pris en charge à hauteur de 65 % par la Sécurité sociale, alors qu'ici tout dépend de l'assurance santé à laquelle on a souscrit (si on en a une...).

"Avant même que les législateurs texans ne dépouillent le programme de promotion de la santé des femmes d'environ deux tiers de sont budget en 2011 (dans le but notamment de paralyser Planned Parenthood, l'équivalent du Planning Familial), l'Etat ne touchait qu'une fraction des quelques 1,7 million de femmes nécessitant des services de planification familiale", écrit par ailleurs cet hebdomadaire gratuit.

"D'après un rapport un rapport de l'institut Guttmacher, "depuis 2005, les financements étatiques ont bénéficier à 244 000 femmes par an, soit 14 % de celles en demande."

"Et après que les coupures budgétaires décidées en 2011 sont entrées en vigueurs, quelques 127 000 femmes ont perdu accès à ces soins."

Austin Chronicle soutenu par le Media Consortium et l'Association of Alternative Newsmedia dans le cadre du projet Reproductive Justice Reporting, lui-même financé par la fondation Quixote, pour la réalisation de cette enquête

Coût des soins croissants
+ nouvelles restrictions à l'accès à la contraception et à l'IVG
+ aides publiques en baisse...
Je n'ai pas hâte de découvrir le résultat de cette équation !

Mais ce cocktail explosif décrit exactement la situation des Texanes. J'ai donc trouvé utile de consigner ces chiffres pour surveiller leur évolution prévisible, en espérant que cela soit dans le cadre d'un article aussi bien réalisé que celui du Chronicle.

(Les passages décrivant le déficit d'éducation sexuelle sont édifiants !)

Print
Repost

Commenter cet article