Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
My Texas

My Texas

Journaliste française au Texas depuis septembre 2011, je partage ici mes réflexions sur ce grand Etat, ainsi que mes revues de presse et de web via mes comptes Facebook et Twitter – Cécile Fandos

Non, le lobby des armes n'est pas d'abord texan !

La presse francophone s'est largement fait l'écho de la convention annuelle de la National Riffle Association -ou NRA, le principal lobby des armes américain, qui a ouvert ses portes à Houston ce matin et se poursuivra tout au long du weekend. Normal : l'évènement devrait attirer plus de 70 000 personnes venues de tout le pays et c'est la première rencontre de ce type depuis la tuerie de Sandy Hook, qui a relancé le débat sur le port d'armes aux Etats-Unis, peu avant les fêtes de fin d'année.

Il y avait déjà eu pas mal de sujets sur l'engouement exceptionnel pour les foires aux armes dans la crainte que Washington ne restreigne les ventes d'armes à feu après le drame. Mais ces expositions de fusils n'attirant guère plus de quelques milliers de visiteurs à chaque fois, rien de comparable avec le rassemblement annuel, malgré leur succès croissant !

L'édition 2013 est, par ailleurs, particulièrement politique. La rencontre annuelle des adhérents de la NRA comprend toujours une partie meeting. Cette année, la NRA l'a intitulée Stand and Fight, du nom de la campagne lancée dans la foulée de la réponse à la tuerie de Sandy Hook (consistant principalement à proposer de mettre des policiers dans toutes les écoles -je vous mets un court exemple vidéo ci-dessous pour que vous voyiez un peu ce que ça donne...). Dans le contexte actuel, elle est particulièrement attendue.

Mais je pense aussi que cet évènement rencontre un réel écho dans le monde francophone du fait d'idées préconçues sur le Texas. Certes, quelque 500 000 Texans ont une licence de port d'armes. Mais d'abord je connais un journaliste du Texas Tribune qui ne l'a demandée que pour pouvoir entrer dans le Capitole plus rapidement (oui, parce que les autorités texanes considèrent qu'on n'a pas besoin de passer par les portiques de sécurité quand on a prouvé qu'on était suffisamment sain d'esprit pour porter une arme !). Et puis 500 000 licenciés, cela représente moins de 2 % de la population, bien moins que des Etats comme le Wyoming ou le Montana par exemple... Les armes à feu ont beaucoup plus d'importance dans l'imaginaire texan que dans la réalité de l'Etat !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article